Disqus Shortname

Nouveau : Superordinateur de Microsoft


Il fallait bien à Microsoft une annonce explosive pour sa conférence Build 2020. La firme a dépensé sans compter pour développer un nouveau superordinateur. Il se classe immédiatement dans le top 5 des machines les plus puissantes du monde.

Dans l’informatique, il y a un sujet qui fascine à tous les coups, c’est celui des superordinateurs. Comme leurs noms l’indiquent, ses machines sont capables d’aller bien au-delà d’un simple ordinateur individuel en termes de puissance de calcul. Il s’agit en général d’appareils occupant toute une pièce, voire un bâtiment, et conçus pour représenter le meilleur de la science en informatique au moment de leur création.

Lors de la Build 2020, Microsoft a souhaité créer l’événement en dévoilant un nouveau superordinateur, développé avec l’intelligence artificielle en tête, et bien sûr Azure.

DIRECTEMENT DANS LE TOP 5 DES SUPERORDINATEURS

Le superordinateur développé avec OpenAI a donc pour but de pouvoir entrainer de très larges modèles d’intelligence artificielle sur une énorme quantité de données. Pour Microsoft, l’objectif est de créer des modèles capables par exemple de comprendre les nuances les plus subtiles de la langue pour être capables de nouvelles tâches : modérer le chat d’un streameur en temps réel, comprendre et résumer un long discours, ou encore trouver un extrait pertinent à travers des milliers de documents juridiques. Derrière, l’objectif de la firme n’est pas tant de développer ces applications elle-même, mais bien de les commercialiser aux entreprises à travers Azure AI ou GitHub.

Microsoft ne donne pas toutes les caractéristiques de son superordinateur, mais donne quelques chiffres qui donnent forcément le tournis : plus de 285 000 cœurs de processeur (CPU), 10 000 puces graphiques (GPU), et 400 Gbit/s de bande passante réseau pour chaque serveur GPU. Cela permet à la firme d’annoncer que sa machine va entrer dans le top 5 du TOP500 des superordinateurs les plus puissants dans le monde.

Le top 5 des superordinateurs était jusqu’à présent occupé par les ordinateurs IBM Summit et Sierra aux États unis, NRCPC et NUDT en Chine, et le Dell EMC aux États-Unis. On imagine que c’est ce dernier qui sera relégué à la sixième place par la nouvelle machine de Microsoft. On parle d’une puissance de calcul d’au moins 38 746 PFLOPS théorique.

Reste à découvrir comment les entreprises utiliseront exactement cette puissance de calcul.

Publier un commentaire

0 Commentaires